Prochains RDV
Halte migratoire ou ancrage pour la saison hivernale ... les Landes de Gascogne demeurent une région d’accueil des Grues européennes

Comptage grues cendrées saison 2022-2023 :


Comme à chaque saison hivernale le collectif Grus Gascogna est engagé dans le suivi de la migration de la Grue cendrée. Cette démarche collective permet de suivre l’évolution de l’implantation saisonnière de l’espèce dans les Landes de Gascogne. Un calendrier des jours de comptage permet de suivre la répartition des oiseaux migrateurs sur les lieux les plus fréquentés du territoire, à un temps T (le comptage a lieu le même jour pour tout le collectif) sur les zones de dortoir.


Le premier comptage aura lieu en novembre 2022.


Comptage grues cendrées saison 2021-2022


Le premier comptage a donc eu lieu le 29 novembre, sur les zones situées à proximité des zones de dortoir, et a pour résultat :
Camp militaire de Captieux : 8 736
Site d’Arjuzanx : 36 250
RNN de Cousseau : 7 980
RNN du Marais d’Orx : 1 613
Site de CEA à Lugos/Le Muret : 526


Soit un total de 55 105 Grues pour ce premier comptage de saison. Ce qui laisse présager une belle saison pour nos Dames grises avec une pluviométrie qui s’est accélérée, reconstituant les points d’eau du secteur après le tarissement de cet automne.


Pour ce premier comptage de 2022 qui a eu lieu le 3 janvier, voici les chiffres site par site :
Site du TEE du CEA Muret/Lugos le 4/01 : 1204
RNN Cousseau le 3/01 : 10 332
RNN Marais d’Orx le 5/01 : 1 632
Site de la FDC40 à Losse le 5/01 : 1 750
Site militaire de Captieux le 3/01 : 9 022
Site de la Réserve d’Arjuzanx le 3/01 : 19 537
Site de la FDC40 à Pontonx sur l’Adour le 4/01 : 348
Site de la FDC40 à St Martin de Seignanx le 4/01 : 1550
Sites de la FDC40 pour le Pays d’Albret le 4/01 : 7592
On a donc un total final de 52 967 Grues.


Le comptage réalisé à la mi-janvier (17-18-19 janvier) ne sera pas le comptage de référence cette année, car ses conditions de réalisation étaient mauvaises. Le brouillard s’est invité durablement et la visibilité en était considérablement réduite. Le comptage est très certainement sous-estimé par rapport à la réalité :
Site du TEE du CEA Muret/Lugos le 18/01 : annulé à cause du brouillard
RNN Cousseau le 17-18 et 19/01 : 10 420 en moyenne
RNN Marais d’Orx le 18/01 : 1078
Site de la FDC40 à Losse le 18/01 : 1600
Site militaire de Captieux le 17/01 : 4617
Site de la Réserve d’Arjuzanx le 17/01 :14 224
Site de la FDC40 à Pontonx sur l’Adour le 18/01 : 527
Site de la FDC40 à St Martin de Seignanx le 18/01 : 1571
Sites de la FDC40 pour le Pays d’Albret le 18/01 : 7683
Soit un total de 41 720 Grues cendrées à l’échelle des Landes de Gascogne

Comptage Grues cendrées saison 2020-2021  :


Le comptage scientifique organisé par les membres du collectif Grus Gascogna a repris. Il se déroulera de décembre à février 2021, dans les Landes de Gascogne.
Le premier comptage de la saison a eu lieu les 30 novembre & 1er décembre, pour un total de 36 499 Grues, dont voici le détail par site où elles passent la nuit (dortoirs) :
Marais de l’anguille : 2016
Marais de Parias : 18
Marais du Piat : 25
Lagune de Latapy : 3880
Site de Pontonx : 90
Réserve nationale d’Arjuzanx : 15 621
Site militaire de Captieux :5593
Réserve Naturelle Nationale du Marais d’Orx : 783
Réserve Naturelle Nationale de l’étang de Cousseau : 6110
Site du CEA à Lugos/Muret : 69
Site de la FDC40 à Losse : 370
Site de la FDC40 à St Martin de Seignanx :1302


A la mi-décembre, le comptage est le suivant : 22 863 au total
Site militaire de Captieux : 7057,
Site de la Réserve Nationale d’Arjuzanx : 901
Site de la RNN du Marais d’Orx : 875
Site de la RNN de l’étang de Cousseau : 7447
Site de Saint Martin de Seignanx : 13
Lagune de Losse : 260
Site du CEA Muret/Lugos : 801
Lagune de Latapy :1988
Marais de l’Anguille : 3057
Marais du Piat : 464


Début janvier 2021, le comptage est le suivant : 22 515 au total
Site militaire de Captieux : 8550
Site de la Réserve Nationale d’Arjuzanx : 1106,
Site de la RNN du Marais d’Orx : 563,
Site de la RNN de l’étang de Cousseau : 6677,
Site de la FDC40 de St Martin de Seignanx : 1648,
Site du CEA Muret/Lugos : 1225
Lagune de Latapy : 1011
Marais de l’Anguille :477
Marais du Piat :198
Lagune de Losse :1060


Pour le dernier comptage partenarial de la saison, les 18 et 19 janvier, les membres du collectif Grus Gasogna ont fait état de :
Site militaire de Captieux : 12 390 Grues cendrées
Site de la Réserve Nationale d’Arjuzanx : 13 888
Site de la RNN du Marais d’Orx : 1 024
Site de la RNN de l’étang de Cousseau : 8 285
Site du CEA Muret/Lugos : 1 206
Lagune de La Tapy :1500
Marais de l’Anguille : 4543
Marais du Piat : 274
Lagune de Losse : 1 000
Sites de Puy Nègue : 2500
Site de Saint Martin de Seignanx : 3900
Site de Pontonx : 407
soit un total de 50 917 Grues à l’échelle des Landes de Gascogne.

Comptage Grues saison 2019-2020  :


Les 10 et 11 février derniers, les membres du réseau Grus Gascogna ont recensé :
à Captieux : 4 226 Grues
RNN Cousseau : 5 203
Site de « Lesgau » à St Martin de Seignanx (FDC40) : 2 489
RNN du Marais d’Orx : 1 016
et Site du CEA à Saugnacq et Muret/Lugos : 1 203
Cette année, face à un hiver doux, les 52 558 Grues n’ont pas tardé à remonter assez tôt (dès janvier) vers l’Europe du Nord pour la nidification annuelle.
Nous leur souhaitons une bonne route !


Les 13-14 janvier, à proximité des zones de dortoirs, les données chiffrées révèlent 52 558 Grues dont :
Captieux : 13 065 oiseaux
Site de « Lesgau » à St Martin de Seignanx :3250
RN Arjuzanx : 19 387
RNN Cousseau :7 357
RNN du Marais d’Orx : 1184
Lagune de la Roustouse à Losse : 830
Marais du Parias à Callen : 71
Site du CEA à Saugnacq et Muret/Lugos : 1 121
enfin, Lagune de Latapy à Vert : 1944 Grues cendrées ; marais du Piat à Garein : 24 et marais de l’Anguille : 4325


Merci à tous les acteurs du réseau Grus Gascogna pour la réalisation de ces comptages qui permettent d’évaluer au mieux l’hivernage des individus dans le Sud-Ouest, majoritairement dans les Landes de Gascogne. Ces suivis chiffrés participent aux actions de préservation de l’espèce sur notre territoire.


A la mi-décembre, le comptage sur les zones de dortoirs recense 20 500 Grues et 37 500 sur les zones d’alimentation (gagnage) à l’échelle du Sud-Ouest (Landes, Gironde, Pyrénées Atlantique) majoritairement sur le territoire des Landes de Gascogne.
Ce lundi 16 décembre, côté girondin, sur la réserve de Cousseau on a dénombré 6425 Grues, et 7813 au Camp du Poteau de Captieux.
Pour la partie landaise : le comptage fait état de 1591 Grues à Lugos/Le muret, de 1034 à la réserve naturelle du Marais d’Orx et enfin de 3440 oiseaux à la réserve d’Arjuzanx.


La répartition des Grues reprend ses formes plus habituelles, à savoir des lieux pour se nourrir et des lieux pour dormir différents.
De ce fait, à la Réserve d’Arjuzanx les Grues se comptent à nouveau par milliers : 17 769 le 5 décembre, bien que des dortoirs extérieurs à la Réserve soient encore utilisés.
Le 2 décembre, c’est 6 876 grues comptabilisée à la Réserve de Cousseau.


En raison des fortes pluies ces dernières semaines la majorité des Grues restent dormir dans les champs inondés, où elles trouvent un lieu pour dormir et un lieu pour se restaurer : les champs aux alentours que l’on appelle les ’zones de gagnage’.
Les données que l’on vous présente ne sont donc pas exhaustives pour les comptages réalisés par les ornithologues de la région (départements 33 & 40), puisque beaucoup de Grues restent dans les zones de gagnage : les champs inondés où elles trouvent leur alimentation et désormais leur dortoir, pour passer la nuit à l’abri des prédateurs environnants.


Les comptages qui suivent ont été réalisés sur les dortoirs. La particularité météorologique, à savoir les fortes pluies de cet automne révèlent des chiffres moindres comparés à l’année passée où les Grues étaient beaucoup plus nombreuses à regagner leur dortoir pour la nuit.


Lors du deuxième comptage de la saison, les 18&19 novembre, seules 139 Grues ont été comptées sur les dortoirs de la réserve d’Arjuzanx ; on considère pourtant qu’environ 30 000 Grues résident à proximité d’Arjuzanx.
Au camp du poteau de Captieux, le deuxième comptage de la saison laisse apparaitre plus de 4522 Grues. Les pluies de ce mois de novembre ont fait au moins quelques heureuses !
Réserve nationale naturelle de l’étang de Cousseau : 4630 Grues
Site de la réserve naturelle du Marais d’Orx : 404 Grues
Site du CEA à Lugos/Le Muret : 578 Grues
Réserve de LESGAU avec 523 Grues


Au niveau national, le 3 novembre, les bénévoles de la LPO Champagne-Ardenne ont comptabilisé 268 120 Grues au lac du Der.


A la réserve d’Arjuzanx, du 24 au 25 octobre, on est passés de 106 à 5495 Grues puis le 31 octobre, à 2725 Grues.
Les chiffres sont très fluctuants, beaucoup franchissent ensuite la barrière pyrénéenne et ne font encore qu’une halte...


Le 23 octobre, 103 Grues ont été comptabilisées à la réserve de Cousseau
Du 22 au 23, dans la nuit, ce sont près de 200 Grues qui ont été comptées à la lagune de Latapy
Des départs massifs proviennent du Lac du Der avec des Grues observées en migration en Limousin, Yonne et Dordogne.
Certaines font halte chez nous, d’autres s’y installeront pour l’hivernage.


Au niveau européen, le 12 octobre de nombreux mouvements migratoires ont été observés en Europe du nord : Pologne, Allemagne, mais aussi en France, au lac de Der, où plus de 45 000 Grues ont été recensées...


Le 11 septembre 2019, trois Grues cendrées ont fait halte à la Réserve d’Arjuzanx avant de reprendre leur route pour le sud de l’Europe.


Au 10 septembre, ce sont 25 Grues qui ont été aperçues dans le nord de l’Espagne.


Consultez ce site pour voir l’évolution en temps réel de l’arrivée des Dames grises de Gascogne...

Rendez-vous vers d’autres horizons !

L’automne commence doucement à s’installer. Le tumulte estival laisse peu à peu place à la quiétude de l’arrière-saison dans les Landes de Gascogne. C’est à cette période que l’on peut déjà apercevoir dans notre ciel les premières grues entamer leur migration, depuis l’Europe du Nord. Le mois de novembre concentre les arrivées de grues qui séjourneront chez nous, mais ce mois compte aussi les grues qui franchissent les Pyrénées pour hiverner principalement sur la péninsule ibérique.


Des animations à l’horizon :
Ces sorties nécessitent des petits déplacements pour approcher au mieux cet animal sauvage, et requièrent la présence d’un expert pour multiplier ses chances de réussite. Des invitations qui revêtent toujours un petit goût d’inconnu et de mystère. Grâce à des guides-ornithologues passionnés, votre approche n’en sera que meilleure pour prendre de beaux clichés ou pénétrer des horizons nouveaux où la connaissance de terrain est indispensable.
Véritables temps-forts de l’hiver, ces sorties allient découverte de l’oiseau, mais aussi du territoire et de ses paysages qui varient en fonction de la météo, de l’heure et du lieu d’observation.
Les zones humides, le plateau landais, autant de paysages qui offrent un horizon tantôt enchanteur, tantôt énigmatique. Les grues seront-elles au rdv ? Nul ne peut l’affirmer avec certitude, les grues savent se faire désirer. Et quand les échassiers apparaissent dans la brume du matin, les sourires sont sur toutes les lèvres, l’observation à la lunette peut commencer.
Petit conseil pour le jeune public (déjà un peu averti) : l’association observation/petit-déjeuner ou goûter est à privilégier pour offrir aux plus jeunes une belle approche de la nature, adaptée à leur âge.


Des séjours teintés de nouveauté  :
Des séjours aux paysages variés allant du bassin d’Arcachon aux confins du parc naturel, dans le morcenais. Au sein d’un même week-end les visiteurs pourront contempler plusieurs ambiances et sillonneront le territoire à l’aide d’une équipe de guides-naturalistes renouvelée, fruit de nouvelles collaborations.
Pour s’immerger dans l’univers de la Grue cendrée, les visiteurs pourront compter sur l’expertise de ces guides-nature qui les conduiront d’un point d’observation à l’autre, en partageant des moments de convivialité et d’échange, notamment au cours des repas pris en commun.
Des séjours qui voient le retour d’‘escapades sans voiture’ mises de côté ces deux dernières années en raison de la crise sanitaire et permettant aux clientèles les plus engagées de limiter leur impact carbone en se rendant sur notre territoire par le train, puis d’être véhiculées en transport collectif durant leur week-end.


Prenez le temps de découvrir ce nouveau programme de rendez-vous, qui nous l’espérons vous emmènera à rêver à d’autres horizons, ceux que nous proposent de découvrir nos migratrices préférées...


Je découvre le programme !


Je découvre l’offre de séjours !